La naturopathie : une définition globale et ma définition personnelle.

26 avril 2021

FATIGUE

SOMMEIL

RHUME

DOULEURS

Écrit par Estel Barrellon

Naturopathie, voilà un terme à la mode et galvaudé à tous les étages. Les plaques de naturopathes fleurissent à tous les coins de rue dans les grandes métropoles, et c’est l’une des reconversions professionnelles préférées des Français.
Mais qu’est ce qui se cache derrière la naturopathie ? Quelle est sa définition ? Son concept et ses valeurs fondamentales ?
A qui s’adresse-t-elle ? A quoi sert-elle ?
Bref, nous vous expliquons tout et je vous donne ma définition de la naturopathie au quotidien !

 

La définition de la Naturopathie

 

les grands principes

La définition de la naturopathie la plus fidèle serait de préserver et optimiser la santé en travaillant sur tous ses aspects : alimentation, exercice physique, interactions sociales, bien-être émotionnel, environnement notamment et en utilisant les moyens les plus naturels possibles.
Elle rejoint la médecine préventive et cherche à garder ou rétablir la santé globale.
Cette notion de santé globale s’appuie sur le concept fondamental de l’homéostasie. L’homéostasie est l’équilibre dynamique de notre organisme. Toujours en mouvement, cet équilibre est multifactoriel : physique, émotionnel, alimentaire, etc…
La définition de la naturopathie peut se résumer à préserver et entretenir son capital santé.
La naturopathie repose sur un deuxième pilier : la capacité de nos organismes à auto-guérir.
Cette notion d’auto-guérison est primordiale dans la définition de la naturopathie, elle admet que le corps humain est résilient et capable de retrouver le chemin de la santé s’il est bien guidé, nourri, etc…
Enfin, la définition de la naturopathie ne serait pas complète sans le concept de prise en charge holistique.
Holi quoi ? Holistique, c’est-à-dire de prendre en compte la globalité du corps humain, de ne pas regarder que le symptôme d’une maladie mais toutes les raisons qui ont permis qu’elle s’installe.

glande pinéale

A qui s’adresse-t-elle ?

A tous ! Petits et grands ! A chacun sa naturopathie, adaptable à chaque étape de la vie !
Son champ d’action est infini et peut s’insuffler dans nos vies au quotidien !

 

L’accompagnement naturopathique

La naturopathie va s’appuyer sur des grands principes fondamentaux d’hygiène de vie : une alimentation saine, sans carences de vitamines, oligo-éléments ou bons acides gras, un bien-être physique, émotionnel et environnemental…
Pour cela, elle va utiliser des moyens naturels. Elle peut utiliser des techniques manuelles, des méthodes de respiration, elle peut s’inspirer de médecines traditionnelles ayurvédiques ou chinoises.
Elle peut piocher dans des thérapeutiques douces comme l’homéopathie, les fleurs de Bach, la phytothérapie ou l’aromathérapie mais il serait réducteur de la limiter à ces outils.

glande pinéale

Elle va surtout s’intéresser à tous les pans de votre vie, pour comprendre et soigner vos maux dans leur globalité.

 

Ma définition de la naturopathie

Je suis pharmacienne de formation.
Après 20 ans de comptoir, je réalise qu’il me manque quelque chose, que j’ai besoin de renourrir mes connaissances. Je trouve une formation de naturopathie à Paris.
J’attaque avec enthousiasme cette période, mes connaissances sont bousculées, il faut tout déconstruire pour reconstruire mais ça me porte et me questionne.
Je découvre la magie de l’alimentation sur la santé : Je change ma façon de cuisiner et de manger. Je découvre que mon assiette est une thérapeutique à elle toute seule et qu’elle m’aide à rester en forme.
J’apprends aussi les principes vitaux de la naturopathie, et par-dessous tout, la vision holistique.
S’éloigner du symptôme et comprendre un problème dans sa globalité. Enfin, des choses simples et évidentes, comme ce que nous mangeons ou vivons émotionnellement, rentrent en ligne de compte dans la prise en charge de la pathologie.
C’est un séisme pour une pharmacienne qui a appris à donner un médicament pour un symptôme. Je développe cette sensibilité au comptoir de m’intéresser à l’environnement alimentaire et psychique des malades et j’ai maintenant une boîte à outils pour réfléchir et accompagner dans son entièreté un patient.
Ma définition de la naturopathie pourrait se résumer en 3 points :

 

Être accessible

La naturopathie est à la mode, chaque revue féminine contient des articles « fooding sain », Instagram nous bombarde d’images gourmandes de « cookies sans gluten » ou de « pâte à tartiner saine »… A chaque coin de rue dans les grandes métropoles, s’ouvrent des salons de thé, des bars à smoothies, des échoppes à jus qui surfent sur cette déferlante. C’est une offre existante mais qui passe à côté d’une grande partie de la population.
La naturopathie n’est pas réservée à une population urbaine et connectée. Elle doit être accessible à tous et toutes. Ne pas sectoriser ou être tendance, voire snob.
C’est une façon de vivre riche, autre et multiple. Elle s’adresse à tous, notamment les plus fragiles. Cette nouvelle vague qui consiste à réserver la naturopathie aux gens bien portants et bien pensant est réductrice.

 

Prise en charge globale

S’éloigner du symptôme, une des révélations de mon apprentissage.
Se dégager d’une vision du détail qui enferme, élargir la focale et prendre de la hauteur.
Il est coutume de dire qu’il existe 4 grands remèdes en naturopathie :

  • Le soleil et la nature
  • Le bien être émotionnel
  • L’alimentation et l’eau
  • L’exercice physique, le mouvement
Rôles de la mélatonine

Le soin naturopathique englobe ces 4 points et gère l’interconnexion qui les relie.
Inutile de proposer des tas de compléments alimentaires à quelqu’un qui se nourrit mal.
Vain de se satisfaire d’emplâtre d’argile aux huiles essentielles à un patient qui ne bouge plus et souffre surtout de solitude.
Absurde de donner un régime ultra contraignant à un bon vivant qui va créer de la frustration et de l’acidité en stressant…
Les exemples sont nombreux d’une prise en charge soi-disant « naturo » qui reste incomplète, déséquilibrée et qui va à l’encontre de la pensée naturopathique.

 

Semer la graine en douceur

Le temps de la naturopathie est long et requiert de la patience.
Le rythme d’une prise en charge en naturo est à l’opposé d’une réponse rapide et sans efforts de l’allopathie. La médecine conventionnelle est essentielle pour la prise en charge rapide et dans l’urgence d’un symptôme invalidant. Les deux thérapeutiques ne sont pas incompatibles, à contrario, elles se complètent !
La naturopathie emmène le patient qui doit être partie prenante de son processus de guérison. On ne peut pas sauver quelqu’un qui ne veut pas l’être.
La naturopathie accompagne, sème la graine de se soigner autrement, guide la personne vers un mieux être global, physique et émotionnel. Rien ne sert de courir ou d’imposer en naturopathie. Les soins proposés doivent être acceptés par le patient, une prise de conscience et une réflexion personnelle doit engager le patient dans son traitement.
Car un des principes de la naturopathie repose sur la capacité d’auto-guérison du corps humain. Si on lui laisse le temps de récupérer, de cicatriser, de comprendre, qu’on accepte cette traversée et qu’on donne le bon matériel à l’organisme pour y arriver.
Le rôle du soignant en naturopathie est d’expliquer et surtout de rassurer. Ne pas faire peur avec des régimes trop restrictifs, des tonnes de produits à prendre tous les jours, des poudres de perlimpinpin impossibles à trouver et des protocoles rigides et non personnalisés.
Emmener, accompagner et prendre son temps serait ma meilleure définition de la naturopathie !

Estel Barrellon | Audrey Ligot-Ange
CUISINER POUR
SE SOIGNER

SOMMEIL - RHUME - DOULEURS - FATIGUE

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments